Mers-les-Bains Municipales 2014 - Deux maires ne se représentent pas

Second volet de notre dossier spécial sur les municipales 2014 : les maires de la région eudoise annoncent leur position quant aux prochaines élections. Deux d'entre eux arrêtent.

Dernière mise à jour : 17/01/2014 à 12:47

Incheville

José Marchetti enregistre 13 années au sein du conseil municipal : un mandat en tant que conseiller municipal, puis un autre en tant que maire.
“Beaucoup de choses m’ont marqué sur ce mandant. Sur un plan général, je retiens la hausse du chômage et des revenus modestes, ainsi que la baisse du pouvoir d’achat. Et aussi la réforme des rythmes scolaires, que je n’approuve pas”.
La fierté du maire est d’avoir mené des projets sur la commune sans pour autant emprunter : “nous avons réduit l’endettement par habitant, en maîtrisant notamment nos dépenses par l’installation de systèmes permettant des économies d’énergies”. L’élu retient aussi le réaménagement de la bibliothèque, la rénovation des locaux communaux ou encore l’installation d’une plateforme incendie à Gousseauville.
A 61 ans, José Marchetti briguera à nouveau l’écharpe de premier magistrat en mars. Incheville est soumis au suffrage par liste bloquée : “nous aurons donc une liste avec du sang neuf, qui respecte la parité”.

Longroy

Jean-Pierre Troley s’engagera dans les municipales en mars prochain, dans l’espoir de prendre la tête de la commune pour un 4e mandat. Maire depuis 19 ans de Longroy, il a été directement élu premier magistrat, sans mandat au préalable.
Ces 6 dernières années ont été marquées par plusieurs projets sur le territoire longroisien : la mise en place de la bibliothèque-médiathèque (”c’est en cours de réalisation, mais ça a demandé beaucoup de préparation”), les travaux du jardin public à vocation écologique derrière la salle des fêtes (”un projet qui nous tenait à cœur sur ce mandat”), la salle des fêtes “La Verrière”, la salle d’évolution de l’école et les travaux de voirie au Petit Longroy.
Pour sa nouvelle campagne, l’élu de 58 ans a fait le choix d’imposer la parité sur sa liste. “Nous ne sommes pas soumis aux listes bloquées, mais nous avons souhaité respecter l’égalité hommes-femmes”.

Melleville

“Cela a été une très bonne expérience. Cet engagement au service de la population m’apporte beaucoup“.
C’est ainsi qu’Agnès Join juge ce premier mandat de maire. C’est donc avec enthousiasme qu’elle sera de nouveau partante pour les élections municipales du mois de mars. A 46 ans, il s’agit à la fois de son premier mandat d’élu et de son premier mandat de maire. “C’était même au dernier moment que cela s’était décidé en 2008”, se souvient l’édile.
Le maire a expliqué lors de la cérémonie des vœux (voir en page 24) qu’elle était particulièrement fière d’avoir pu maintenir le bon équilibre budgétaire de la commune, sans augmenter les taux d’imposition. La rénovation des bâtiments communaux, des travaux de voirie et de mise aux normes, … les opérations n’ont pas manqué. Elle a également mis à l’honneur les différentes associations de la commune. Elles se dévouent pour l’animation du village.

Mers-les-Bains

Ce n’est pas vraiment une surprise, Emmanuel Maquet, maire de Mers sera bien candidat. A 45 ans, il a déjà effectué une belle carrière dans la région. Elu conseiller municipal d’opposition en 1995, il devient maire en 2001. Conseiller général du canton d’Ault, il est également vice-président de la communauté de communes Bresle Maritime.
Le premier magistrat souhaite donc poursuivre la tâche entreprise. “Certains projets pouvaient paraître irréalistes, pourtant nous y sommes parvenus”, a-t-il jugé lors de la cérémonie des voeux. Il retient plusieurs chantiers : travaux de voirie et de réseaux, création du bowl au skate park, la vidéo-surveillance, la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Plusieurs dossiers vont aboutir en 2014 comme la construction du casino, la création de nouveau logement… “Mers-les-Bains, ce ne sont pas uniquement les beaux monuments dont nous sommes fiers, c’est une ville dynamique”, ajoute-t-il alors que la commune a obtenu le label “ville sportive et ludique”.

Mesnil-Réaume

Maire depuis 2008, Bruno Saintyves a été élu à la plus haute fonction communale sans aucun mandat préalable.
De ces dernières années, il retient notamment le travail sur les équipements communaux, la voirie, l’aménagement des trottoirs et des sentes piétonnes pour la sécurité des habitants. “Le maintien du centre Pastel sur notre territoire est important, et nous sommes contents que les locaux se construisent chez nous : c’est une vraie vitrine pour la commune et un équipement de qualité à proximité des habitants”. En 2014 auront lieu également l’aménagement des trottoirs rue Réaulme et la réfection du mur du cimetière, projets qui ont été actés en 2013 par le conseil.
À 48 ans, Bruno Saintyves sera candidat à sa propre succession en mars. “Suite à l’évolution de la population, nous passons désormais à 15 conseillers” souligne l’élu.

Millebosc

Après 25 ans de bons et loyaux services au sein du conseil municipal, Daniel Mariette a choisi de ne pas se représenter aux municipales de 2014. “J’ai été conseiller municipal pendant 12 ans, adjoint 6 ans et maire durant 7 ans. J’ai 70 ans, il est temps d’arrêter” explique-t-il.
Ce que le maire retient de son mandat ? “L’enfouissement d’une partie des réseaux téléphoniques et électriques. Mais pour les petites communes, il y a parfois des difficultés de financement que tout le monde ne comprend pas, et les pourparlers liés à des travaux de tout-à-l’égout ont pesé sur le budget communal : on ne peut pas engager trop de dépenses quand un dossier comme celui-ci va arriver”.

Monchy-sur-eu

C’est une nouvelle page qui va s’ouvrir à Monchy-sur-Eu. Gérard Coulombel a en effet décidé de raccrocher son écharpe. A 67 ans, M. Coulombel, 67 ans, juge qu’il est temps de passer la main. Son engagement remonte à 1989 lorsqu’il est élu conseiller municipal. C’est en 1995 qu’il accède à la fonction de maire.
Cet enfant du village est fier de s’être investi pour la commune pendant toutes ces années. Son premier adjoint, Richard Delaittre ne se représentera pas non plus. L’année a été placée sous le signe de l’école avec l’inauguration d’une nouvelle classe et la réflexion sur la réforme des rythmes scolaires.

Ponts-et-Marais

A 63 ans, Marylise Bovin n’est pas encore prête à abandonner sa commune. Elle a été élue maire pour la première fois en 1983, sans jamais avoir eu de mandat électoral auparavant. Elle vient d’ailleurs d’être décorée de la médaille régionale, départementale et communale pour 30 ans au service de la commune.
“C’est une longue et belle aventure qui se poursuit encore aujourd’hui”, a-t-elle indiqué à cette occasion. La liste respectera la parité, à laquelle la commune n’est toutefois pas soumise.
Plusieurs projets ont été menés lors des derniers mandats : voirie, logements, le lourd chantier du pont sur la Bresle, l’amélioration de la sécurité routière … L’enquête publique sur le plan d’occupation des sols est en cours. “Il y a eu beaucoup de faits marquants. Mais je ne suis pas une femme qui regarde en arrière, je vais toujours de l’avant“.

Mers-les-Bains, 80

À Feuilleter

Une Guide de l'été 2014
Les archives

La newsletter

Inscrivez-vous et recevez les informations par email.